Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Foudecactus.com

Foudecactus.com

Site dédié aux cactus (Cactaceae) et aux plantes succulentes (Asparagaceae, Asphodelaceae, Crassulaceae, Euphorbiaceae). Toutes les plantes présentées ici sont issues de ma collection personnelle.

Publié le par foudecactus
Publié dans : #Gymnocalycium (Cactaceae)

Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Cereeae

Sous-tribu: Trichocereinaae

 Genre Gymnocalycium, Pfeiffer ex Mittler 1844

Sous-genre: Muscosemineum

 Nom scientifique:  Gymnocalycium anisitsii ssp. anisitsii

Gymnocalycium anisitsii (K. Schumann) Britton & Rose 1922

 (The New Cactus Lexicon, Ed. 2006)

 

Distribution:  Paraguay  (Rio Tigatiya-mi).

Etymologie:  Gymnocalycium du Grec "gymnos" = nu et "calyx" = calice (caractère morphologique de la fleur) ;

anisitsii, en l'honneur du Professeur Daniel Anisits (1856-1911), pharmacien Hongrois ayant travaillé au Paraguay.

Synonyme:  Echinocactus anisitsii.

Température minimale:  0 °C si bref et tenu au sec.

Exposition:  lumière vive.

Culture:  nécessite un substrat de type cactées. Arroser de Mars à Octobre puis hiverner au sec.

 

Plusieurs floraisons espacées de Mai à Août.

 

--------------------------------------------------------------------

 

Données supplémentaires

 

Gymnocalycium anisitsii (Synonyme de Gymnocalycium anisitsi ssp. anisitsii)

Description: petite cactée globuleuse solitaire ou cespiteuse, devenant allongé avec l'âge, atteignant plus de 10 cm de hauteur pour 8 cm de diamètre, à l'épiderme vert terne teinté de rougeâtre. Environ 11 côtes tuberculées aux aréoles feutrées de laine blanche. 5 à 7 aiguillons radiaux (+ 1 plus ou moins central) tortueux, de longueur variable, jaunâtre à brunâtres. Fleurs blanches, à l'extérieur verdâtre.

Dans la nature, Gymnocalycium anisitsii vit à environ 400 m d'altitude.

Référence: Joêl Lodé, Fichier Encyclopédique des Cactées & autres Succulentes, Série 18, Fiche 1666.

© Edisud, Aix, (reproduit avec l'aimable autorisation de Joêl Lodé), 1996.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog