Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Foudecactus.com

Foudecactus.com

Site dédié aux cactus (Cactaceae) et aux plantes succulentes (Asparagaceae, Asphodelaceae, Crassulaceae, Euphorbiaceae). Toutes les plantes présentées ici sont issues de ma collection personnelle.

Publié le par foudecactus
Publié dans : #Ariocarpus (Cactaceae)

 Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Cacteae

 Genre Ariocarpus, Scheidweiler 1838

 Nom scientifique:  Ariocarpus retusus 

Scheidweiler 1838

(The New Cactus Lexicon, Ed. 2006) 

 Ariocarpus furfuraceus, (S. Watson) C.H. Thomps 1898

 

Distribution:  Mexique  (Coahuila, Nuevo Leon, San Luis Potosi, Tamaulipas).

Etymologie:  Ariocarpus, du Grec "aria" = Sorbier des Alpes (Sorbus aria) et "karpos" = fruit car les fruits d'Ariocarpus ressemblent à ceux du Sorbier (ou peut-être du Grec "erion" = laine  car les fruits apparaissent au niveau de la couronne laineuse).

retusus, du Latin "retusus" = obtus (aspect typique des mamelons) .

Synonymes:  Ariocarpus furfuraceus, Ariocarpus retusus var. furfuraceus.

Température minimale:  - 4 °C si bref et tenu au sec.

Exposition:  lumière vive.

Culture:  nécessite un substrat minéral drainant. Arroser de Mars à Octobre puis hiverner au sec. Bien laisser sécher entre 2 arrosages pour éviter que la racine pourrisse.

 

 

Système racinaire d' Ariocarpus furfuraceus.

Racine très napiforme permettant en partie le stockage de l'eau.

 

 

------------------------------------------------------

 

Données supplémentaires

 

1) Ariocarpus retusus

Morphologie:  la grosse racine napiforme est parcourue de canaux remplis d'un "gel" aidant au stockage de l'eau sous forme mucilagineuse. La tige d'un vert tirant sur le bleu ou le gris, mesure une vingtaine de cm de diamètre. Seules les plantes très âgées produisent accidentellement des rejets. Les mamelons triangulaires longs  de 2 cm sont carénés. Munis d'une pointe dure et recourbée vers l'extérieur, ils ressemblent étonnamment à des feuilles. Les rares aréoles ovales et caduques sont de petite taille et proches de l'extrémité des mamelons. Ils se divisent en 2 points au cours de la croissance: le point porteur d'aiguillons reste près du sommet tandis que le point florifère migre vers la base.

Les fleurs blanches s'ouvrent durant le jour, à la fin de l'été. En forme de cloche, elles apparaissent sur les aréoles jeunes proches de l'apex laineux et durent plusieurs jours. Leur diamètre est à peu près égal à leur longueur (5 cm).

Les fruits allongés sont blancs mais peuvent se teinter de rose. Ils mesurent environ 2 cm de longueur. Ils contiennent de minuscules graines noires au grand hile basal qui peuvent rester cachées dans la laine de l'apex durant des années. Bien que les capacités germinatives persistent longtemps, cette particularité réduit beaucoup l'aire de dissémination de l'espèce.

D'après "Guide de l'Amateur de Cactus", Pierre-Louis Fröhring, Editions Belin 1998, p16.

 

2) Ariocarpus furfuraceus

Description: sans doute le plus grand du genre, jusqu'à 25 cm de diamètre, Ariocarpus furfuraceus ne présente aucune des aspérités d'Ariocarpus fissuratus. Les mamelons sont triangulaires, carénés et pointus, d'un vert glauque. De la laine blanchâtre recouvre la base des mamelons, et il possède une énorme racine napiforme. Grandes fleurs blanches à légèrement rosés. Il vit enfoui dans le sol, sur des terrasses calcaires, dans les fissures des rochers, mais souvent en plein soleil. Il est aujourd'hui considéré comme une variété d'Ariocarpus retusus.

Référence: Joêl Lodé, Fichier Encyclopédique des Cactées & autres Succulentes Série 3, Fiche 4. © Edisud, Aix (reproduit avec l'aimable autorisation de Joêl Lodé).

 

 

3) Habitat

Le genre Ariocarpus est dispersé dans les régions montagneuse et les plaines semi-désertiques sèches. Les individus vivent isolés ou réunis en petites populations très éloignées les unes des autres, sur des terres sablonneuses ou argilo-calcaire bétonnées. Leur environnement est pauvre en végétation, et ils se mimétisent très facilement dans un milieu très minéral.

 

Référence:  Connaissance des succulentes et xérophytes du monde, Francis Bugaret, Edisud, 2ème édition 2015, p 231.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog