Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Foudecactus.com

Foudecactus.com

Site dédié aux cactus (Cactaceae) et aux plantes succulentes (Asparagaceae, Asphodelaceae, Crassulaceae, Euphorbiaceae). Toutes les plantes présentées ici sont issues de ma collection personnelle.

Publié le par foudecactus.over-blog.com
Publié dans : #Aeonium (Crassulaceae)

 Famille des Crassulaceae

 Nom scientifique:  Aeonium arboreum

Aeonium arboreum cv. Atropurpureum

 

Origine: cultivar "Atropurpureum" à cause de la couleur pourpre du feuillage.

Distributions:  Canaries, Maroc.

Etymologie:  Aeonium, du Grec "aionion" = plante éternelle ;

arboreum, dérivé du Latin "arbor" = arbre.

Température minimale:  - 4 ° C.

Exposition:  plein soleil sauf en plein été.

Culture:  nécessite un substrat drainant enrichi en terreau. Bien arroser au printemps et en automne. Arroser une fois par mois en été et en hiver.

 

La couleur pourpre est due à une mutation. Il existe 2 cultivars, cv. Schwartzkpof (pourpre presque noir) et cv. Atropurpureum (pourpre).  La couleur pourpre se développe si la plante est placée en plein soleil.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par foudecactus.over-blog.com
Publié dans : #Echinopsis (Cactaceae), #Lobivia (Cactaceae)

 Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Cereeae

Sous-tribu: Trichocereinae

Genre: Lobivia Britton & Rose 1922

Nom scientifique:  Lobivia silvestrii

(Speg.) G.D. Rowley 1967

   (Taxonomie des Cactaceae, J. Lodé, Ed. 2015)

Ancienne classification

 Genre  Echinopsis, Zuccarini 1837

 Nom scientifique:  Echinopsis chamaecereus 

H. Friedrich & Glätzle 1983

(The New Cactus Lexicon, Ed. 2006)

 

Distribution:  Argentine (entre les provinces de Tucuman et Salta).

Etymologie: Lobivia, anagramme de Bolivia, la Bolivie d'où sont originaires de nombreuses espèces de ce genre;

Echinopsis, du Grec "echinos" = hérisson et "opsis" = ressemblance;

chamaecereus, du Grec "chamai" = bas, sur le sol et pour Cereus, genre de cactées colonnaires;

silvestrii, en référence à Philippo Silvestri (1873-1949), entomologiste et botaniste Italien.

Synonymes:  Cereus silvestrii, Chamaecereus silvestrii, Echinopsis silvestrii.

Nom vernaculaire anglais: peanut cactus.

Température minimale:  - 8 °C si bref et tenue au sec.

Exposition:  plein soleil.

Culture:  nécessite un substrat cactées drainant. Arroser de Mars à Octobre puis hiverner au sec. Se bouture très facilement.

 

  Plusieurs floraisons espacées à partir de Mai.

 

------------------------------------------------------

 

Données supplémentaires

 

1)

Référence: Cactus Aventures International, N°37, Janvier 1998.

 

2)

Chamacereus silvestrii (Cereus silvestrii)

Habitat: Argentine, montagnes de Tucuman.

Ce pygmée parmi les Cereus ne manque dans aucune collection. C'est une petite plante gazonnante composée d'une multitudes de tiges molles étalées sur le sol et n'étant pas plus longues qu'un doigt. Comme ces pousses se brisent facilement, la plante se multiplie sans peine, et par surcroît elle est abondamment florifère, de sorte qu'aucun ami des cactées ne voudrait en être privé. Les 6 à 9 côtes sont piquées de blanc par les petites aréoles surmontées de courtes touffes de poils. Les fleurs, le plus souvent très nombreuses, ont 7 cm de longueur et sont rouge vermillon. Greffée, cette petite cactée produit de jolis arbrisseaux à couronne. Malheureusement, elle est très sensible aux attaques de l'araignée rouge.

Référence: "Cactées", Walter Kupper, Pia Roshardt, (p34-35, édition française), Edition Silva Zucich, 1ère Ed 1954.

 

3) Chamaecereus silvestrii

D'après "Cactus, Atlas Illustré", Collection "approches de la nature", texte de Rudolf Subik et illustration de Jirina Kaplicka, Editions Grund 1969, p67.

 

4) Chamaecereus (Lobivia) silvestrii

Description: "cactus cornichon", plante basse; les tiges d'un vert pâle sont fragiles, et se détachent facilement. Fleurs infundibuliformes (en forme d'entonnoir) rouge écarlate.

Dans son habitat, les montagnes et les prairies du nord-ouest de l'Argentine, il pousse à l'abri des buissons, dans un sol pauvre en humus.

Référence: Joêl Lodé, Fichier Encyclopédique des Cactées & autres Succulentes. Série 3, Fiche 18.

© Edisud, Aix (reproduit avec l'aimable autorisation de Joêl Lodé).

 

5) Habitat

Régions montagneuses et prairies alpines de la cordillère des Andes. Les Chamaecereus poussent dans des sols très divers, peu humifères et plutôt pauvres. Ils subissent le climat des Andes, froid et sec, peu arrosé mais venteux, profitant des brouillards et des rosées pour s'hydrater.

 

Référence:  Connaissance des succulentes et xérophytes du monde, Francis Bugaret, Edisud, 2ème édition 2015, p 248.

 

Voir les commentaires

Publié le par foudecactus.over-blog.com
Publié dans : #Pilosocereus (Cactaceae)

 Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Cereeae

Sous-tribu: Cereinae

 Genre  Pilosocereus, Byles & Rowley 1957

 Nom scientifique:  Pilosocereus leucocephalus

(Poselger) Byles & Rowley 1957

(The New Cactus Lexicon, Ed. 2006)

 Pilosocereus palmeri, (J. N. Rose) Byles & G.D. Rowley 1957

 Pilosocereus leucocephalus fa. cristata

 

Distributions:  Guatemala, Honduras, Mexique (Chiapas, Hidalgo, Querétaro, San Luis Potosi, Tamaulipas, Veracruz) pour Pilosocereus leucocephalus.

Etymologie:  Pilosocereus, du Latin "pilosus" = couvert de poils et "cereus" = cierge (les sujets adultes ayant une toison de poils couvrant l'apex) ;

leucocephalus, du Grec "leukos" = blanc et "kephale" = tête ;

fa. cristata car il 'agit d'une forme cristée.

Basionyme:  Pilocereus leucocephalus, Poselger 1853. 

Synonyme:  Pilosocereus palmeri fa. cristata.

Température minimale:  0 ° C si bref et tenu au sec.

Exposition:  lumière vive. 

Culture:  nécessite un substrat de type cactées. Arroser de Mars à Octobre puis hiverner au sec.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par foudecactus.over-blog.com
Publié dans : #Epithelantha (Cactaceae)

Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Cacteae

 Genre  Epithelantha, F. A. C. Weber ex Britton & Rose 1922

 Nom scientifique:  Epithelantha micromeris ssp. unguispina

(Bödeker) N. P. Taylor 1998

(The New Cactus Lexicon, Ed. 2006)

Concernant la nomenclature actuelle, on ne sait pas encore si ce sont des sous-espèces (ssp.) ou des variétés (var.) d' Epithelantha micromeris.

 

Distribution:  Mexique  (Coahuila).

Etymologie:  Epithelantha, du grec "epi" = au dessus, "thele" = tubercule et "anthos" = fleur ;

micromeris, du Grec "micro" = petit et "meris" = partie, suite à la petite taille de l'espèce ;

unguispina, du Latin "unguis" = griffe et "-spinus" = épineux;

ssp. unguispina car certaines épines atteignent 1 cm de longueur.

Basionyme:  Mammillaria micromeris ssp. unguispina, Bödeker 1932.

Température minimale:  - 10 ° C si bref et tenu au sec.

Exposition:  Plein soleil.

Culture:  cactus à croissance lente. Nécessite un substrat minéral très drainant (granite en décomposition). Arroser avec parcimonie de Mars à Octobre puis hiverner au sec.

 

 Floraison en Mai-Juin , fleur rose.

 

Ci-dessous, le même cactus 10 ans plus tard. Quatre rejetons se sont formés à partir de la plante mère.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Données supplémentaires

 

Epithelantha micromeris var. unguispina

Description: cactée naine globuleuse, déprimée à l'apex, un peu plus tassé que l'espèce-type, se ramifiant à la base. Différence notable avec l'espèce-type: aiguillons radiaux plus long. Un seul aiguillon plus robuste, plus long, incurvé, grisâtre à noir. Petites fleurs blanc crème à rose très pâle, apparaissant au ras de l'apex. Petits fruits cylindriques, nus, rose à rouge vif, comestibles. L'habitat de Epithelantha micromeris var. unguispina est le même que celui de l'espèce-type, et se compose de sols calcaires ou basaltiques.

Référence: Joêl Lodé, Fichier Encyclopédique des Cactées & autres Succulentes.

© Edisud, Aix, (reproduit avec l'aimable autorisation de Joêl Lodé), 1989.

Voir les commentaires

Publié le par foudecactus.over-blog.com
Publié dans : #Echinocereus (Cactaceae), #Wilcoxia (Cactaceae)

Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Phyllocacteae

Sous-tribu: Echinocereinae

 Genre  Echinocereus, Engelmann 1848

Nom scientifique:  Echinocereus leucanthus 

N.P.Taylor 1985

(The New Cactus Lexicon, Ed. 2006)

   Wilcoxia albiflora, Backeberg 1952

 

Distribution:  Mexique  (Sinaloa, Sonora).

Etymologie:  Echinocereus, du Grec "echinos" = hérisson et du Latin, "cereus" = cierge ;

leucanthus, du Grec "leukos" = blanc et "anthos" = fleur, par rapport aux fleurs blanches.

Synonyme:  Wilcoxia albiflora (étymologie: Wilcoxia, patronyme du général Timothy E. Wilcox, amateur passionné de botanique). 

Température minimale:  5°C.

Exposition:  ombre légère. 

Culture:  nécessite un substrat minéral draiant. Arroser de Mars à Octobre puis hiverner au sec.

 

Plusieurs floraisons diurnes successives en Mai-Juin, fleurs roses pâles de 50 mm de diamètre avec un pistil vert pomme. Les fleurs durent quelques jours.  

 

-----------------------------------------------------

Données supplémentaires

 

1)

Référence: Cactus Aventures International, N°42, Avril 1999.

 

2) Wilcoxia albiflora

Morphologie

Fines tiges ramifiées dès la base, de section circulaire et longues d'environ 20 cm (diamètre = 3-6 mm). Elles forment des buissons grimpant aux branches basses des broussailles avec lesquelles elles se confondent. Les 8-12 côtes de 0.5 mm de hauteur sont ponctuées d'aréoles feutrées de brun, hérissées de 8-18 aiguillons d'un blanc jaunâtre longs de +/- 1 mm ainsi que de 2 ou + aiguillons centraux noirs longs d'1 mm. Les fleurs blanches à gorge brun vert s'ouvrent durant les plus beaux jours d'été. D'un diamètre d'environ 4 cm, elles naissent sur les aréoles latérales à l'extrémité des tiges. Vert olive, les fruits ovoïdes mesurent environ 15 mm de longueur. Ils portent un reste floral et deviennent secs à maturité. Ils libèrent alors des graines dont la couleur varie du rouge foncé au brun noir.

Référence: d'après "Guide le l'Amateur de Cactus", Pierre-Louis Fröhring, Editions Belin 1998, p142-143.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog