Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Foudecactus.com

Foudecactus.com

Site dédié aux cactus (Cactaceae) et aux plantes succulentes (Asparagaceae, Asphodelaceae, Crassulaceae, Euphorbiaceae). Toutes les plantes présentées ici sont issues de ma collection personnelle.

Publié le par foudecactus.over-blog.com
Publié dans : #Hatiora (Cactaceae), #Rhipsalis (Cactaceae)

Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Rhipsalideae

 Genre  Hatiora, Britton & Rose in Bail, 1915

 Nom scientifique:  Hatiora salicornioides

(Haworth) Britton & Rose ex L.H. Bailey 1915

 (The New Cactus Lexicon, Ed. 2006) 

  Rhipsalis salicornioides, Haworth 1819

 

Distribution:  Brésil (Bahia, Espirito Santo, Minas Gerais, Parana, Rio de Janeiro, Sao Paulo).

Etymologie: Hatiora, anagrame du nom de genre invalide Hariota en l'honneur de Thomas Hariot (1560-1621), astronome et mathématicien Anglais, ayant effectué de nombreux voyages d'Histoire Naturelle (Cactaceae) ;

salicornioides, du Grec "-oides" = ressemblant à et pour le genre Salicornia, par rapport à la forme des tiges.

(Rhipsalis, du Grec "rhips" = jonc, tresse,  suite à l'aspect entrelacé des tiges).

Basionyme: Rhipsalis salicornioides, Haworth 1819.

Nom vernaculaire anglais: beer bottle cactus.

Température minimale:  5° C.

Exposition:  à l'ombre. 

Culture:  cactus épiphyte et terrestre. Sa croissance est assez rapide. Nécessite un substrat de type orchidées drainant avec du sable. Arroser normalement de Mars à Octobre puis diminuer les arrosages en hiver. Se bouture très facilement à partir des tige dans un mélange terreau-sable (50-50). Culture à mi-ombre en plein été et brumisations régulières.

 

 

 

Floraison à la fin de l'hiver de Février au printemps. Au départ les boutons floraux sont oranges, puis la fleur devient jaune quand elle s'ouvre. La floraison dure au moins un mois.

 

Observations au microscope

Epiderme de la tige (100 X)

Epiderme 100 X etat frais Hatiora

 

Stomate (400 X)

Stomate 400 X etat frais Hatiora

 

----------------------------------------------------------------------------------------

 

Données supplémentaires

 

1) Hatiora Britton & Rose, Standard Cycl. Hort. Bailey (3): 1432 (1915) 

Espèce type: Rhipsalis salicornioides Haworth

Distribution: Brésil

Synonymes: Epiphyllum subg. Epiphyllopsis  Berger, Kakten 97 (1929);

Epiphyllopsis  (Berger) Backeberg & Knuth, Kaktus-ABC 158 (1935);

Pseudozygecactus Backeberg, Blätt. Kakt.-forsch. 5 (6): Diagnosen (1938);

Rhipsalidopsis Britton & Rose, The Cacaceae 4: 209 (1923).

Hatiora ressemble aux Rhipsalis. Tous les segments des pousses sont strictement déterminés. Fleurs colorées toujours terminales, avec une aréole composée. Fruit rondelet ou anguleux.

 

2) Hatiora subg. Hatiora

Hatiora salicornioides (Haworth) Britton & Rose, Stand. Cycl. Hort. Bailey 3: 1433 (1915)

Basionyme: Rhipsalis salicornoides, Haworth, Suppl. Pl. Succ. 83 (1819). Presque tous les auteurs utilisent le nom corrigé salicornioides.

Synonymes: Cactus salicornioides (Haworth) Link & Otto, Icon. Pl. Select. Hort. Berol. 49 (1820);

Hariota salicornioides (Haworth) De Candolle, Mém. Cact. 27 (1834).

Type: Indes occidentales, cult. avant 1818 par Loddiges, prob. non conservé.

Néotype (Barthlott & Taylor 1995): Collectionné au Brésil, par M. Bowie et Cunningham 1816" cult. hort. Kew, aquarelle de T. Duncanson (K).

1.1 Hatiora salicornioides fa. salicornioides

1.2 Hatiora salicornioides fa. cylindrica

Référence: Anton Hofer dans "Cactées épiphytes", pages 54 et 55, Succulentes, Spécial 2006.

 

3) Hatiora salicornioides 

Description: cactée épiphyte, buissonnante, à tiges dressées ou suspendues, très ramifiées, jusqu'à 40 cm de longueur. Tiges dénudées, divisées en articles ayant la forme de massue; aréoles peu nombreuses, glabres, sauf celles de l'apex, feutrées. Petites fleurs variant du jaune à l'orange, apparaissant sur l'aréole terminale de la tige.

Dans son habitat naturel, Hatiora salicornioides vit dans les forêts ombrophiles du sud du Brésil, sur le tronc des arbres, et bénéficie d'une humidité atmosphérique importante.

Référence: Joêl Lodé, Fichier Encyclopédique des Cactées & autres Succulentes, Série 3, Fiche 99.

© Edisud, Aix, (reproduit avec l'aimable autorisation de Joêl Lodé).

Voir les commentaires

Publié le par foudecactus
Publié dans : #Gymnocalycium (Cactaceae)

Famille des Cactaceae

Sous-famille: Cactoideae

Tribu: Cereeae

Sous-tribu: Trichocereinaae

Genre: Gymnocalycium Pfeiffer ex Mittler 1844

Sous-genre: Gymnocalycium

Nom scientifique: Gymnocalycium calochlorum

(Böedeker) Y. Itô 1952

(Taxonomie des Cactaceae, J. Lodé, Ed. 2015)

Gymnocalycium calochlorum var. proliferum (Backeberg) Backeberg 1959

 

Numéro de collecte: P109, correspondant au cactus présenté ici.

Collecteurs: Jörg and Brigitte Piltz,

Espèce: Gymnocalycium calochlorum proliferum,

Localité: Argentine, Cordoba (Nono 1000 m).

 

Distribution: Argentine (Cordoba).

Etymologie: Gymnocalycium, du Grec "gymnos" = nu et "calyx" = calice, par rapport au caractère morphologique de la fleur;

calochlorum, du Grec "kalos, kallos" = magnifique et "chloros" = vert par rapport à la couleur de l'épiderme.

Basionyme: Echinocactus calochlorus Böedeker 1932.

Synonymes: Echinocactus prolifer, Gymnocalycium proliferum, Gymnoclycium proliferum var. calochlorum.

Température minimale: -5 °C si bref et tenu au sec.

Exposition: lumière très vive.

Culture: nécessite un substrat de type cactées, plutôt acide. Arroser de Mars à Octobre puis hiverner au sec.

 

Floraison diurne en Juin.

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------

 

Données supplémentaires

 

Gymnocalycium calochlorum

Description: petite cactée vivant au ras du sol et cespiteuse, formant des coussinets dont chaque tête atteint jusqu'à 6 cm de diamètre, à l'épiderme vert foncé. Côtes tuberculées. 9 aiguillons radiaux appressés contre la plante, arachnéens. Pas d'aiguillon central. Fleurs rose pâle mesurant 6 cm de diamètre. Fruits bleu pruinés.

Dans l'habitat, Gymocalycium calochlorum vit sur des sols pierreux dans des poches d'humus, à environ 1000 m d'altitude.

Référence: Joêl Lodé, Fichier Encyclopédique des Cactées & autres Succulentes, Série 14, Fiche 1281.

© Edisud, Aix, 1994 (reproduit avec l'aimable autorisation de Joêl Lodé).

Voir les commentaires

<< < 1 2

Articles récents

Hébergé par Overblog